Boulevard Haussmann

 

Boulevard Haussmann, Antoine Blanchard (1910-1988)

Balcon 1880, Gustave Caillebotte (1848-1894)

Les cheminées ont disparu

mais leur ombre court encore

le long des murs de la maison voisine

une ombre de suie

leur demeure abolie

ne circule plus que sur une carte postale

si elle eut cette chance

sinon, plus rien.

et l’ombre même des cheminées s’efface

tandis que sourit l’agent immobilier.

Raymond QUENEAU, Courir les rues. Ed Gallimard


Vue sur le vide à tous les étages

Petit matin blême !

A coups de pelle mécanique,

craquent, s’effondrent les pans de mur.

Photo Cheminezenlair

Frémissement des badauds et passants tenus à bonne distance.

Quand le dedans s’ouvre sur le dehors en trous béants,

s’exposent alors les tapisseries colorées

des murs qui chuchotent des récits de vie.

Photo Cheminezenlair

Alors que l’armature de ferraille fait de la résistance,

peu pressée de rejoindre les gravats et la benne à ordures,

s’envolent dans les poussières grises

les souvenirs des bruits de voisinage,

les odeurs de cuisine qui hantaient les couloirs.

Photo Cheminezenlair

Avec la disparition du bâtiment,

loin de faire table rase,

ce sont les souvenirs du passé qui surgissent,

l’ancien occupant se souvient et se questionne.

Mais que sont devenus les voisins ?