Vue sur le vide à tous les étages

Petit matin blême !

A coups de pelle mécanique,

craquent, s’effondrent les pans de mur.

Photo Cheminezenlair

Frémissement des badauds et passants tenus à bonne distance.

Quand le dedans s’ouvre sur le dehors en trous béants,

s’exposent alors les tapisseries colorées

des murs qui chuchotent des récits de vie.

Photo Cheminezenlair

Alors que l’armature de ferraille fait de la résistance,

peu pressée de rejoindre les gravats et la benne à ordures,

s’envolent dans les poussières grises

les souvenirs des bruits de voisinage,

les odeurs de cuisine qui hantaient les couloirs.

Photo Cheminezenlair

Avec la disparition du bâtiment,

loin de faire table rase,

ce sont les souvenirs du passé qui surgissent,

l’ancien occupant se souvient et se questionne.

Mais que sont devenus les voisins ?

Un horizon d’eau et de sable

Photo Cheminezenlair

Les maisons te paraissent si hautes lorsque tu remontes sur le quai !

Toi tu vis sur ta plate au fil de l’eau, au ras des îlots,

au contact des oiseaux pêcheurs,

Photo cheminezenlair

 L’eau et les bancs de sable sont ton horizon !

Photo Cheminezenlair