Ancrées pour la postérité

Photo Cheminezenlair

Maison à Doué La Fontaine Maine et Loire

Si au premier regard, ces lettres font penser à des chiffres romains, il s’agit certainement des initiales du propriétaire, à moins que ce ne soient les initiales du forgeron.

Il reste à préciser leur histoire…

Concerto en fa pour tenir debout

Avec la régularité du métronome, au fil des quatre saisons,

en double clé de fa,

comme une musique à quatre mains,

ces lettres majuscules cursivement attachées

ancrent le chant de la pierre sous les coups de vent.

Elles disent allègrement les cris des flammes, le chant du feu,

la chaleur et les pleurs des foyers,

alors que sous les hautes cheminées,

dansent les feuillages et volètent les insectes bourdonnants.

Photo Cheminezenlair

Un B riveté en sa mémoire

Joliment calligraphié, ce B rappelle doublement l’homme qui l’a forgé.

Photo Cheminezenlair

En effet,  il s’agit de la même initiale pour le prénom et le nom d’un forgeron

installé à Raindron, sur la commune de Blaison Gohier en Maine et Loire.

Benjamin BERNEREAU partit à Paris en 1887 travailler comme riveteur

pour la construction de la tour Eiffel.

Ce travail lui permit de gagner un peu d’argent et à son retour au village,

il fit agrandir sa maison et construire un jeu de boules de fort couvert,

dont la toiture, hélas, ne résista pas à la tempête de l’hiver 1900.

Au village, personne n’a su ce qu’était devenu l’infortuné forgeron

qui n’ayant plus de pécule à partager, avait repris la route.


Source: Bulletin municipal de Blaison Gohier